Players : la critique

Publié le 18 Octobre 2013

Réalisé par Brad Furman

Avec Ben Affleck, Justin Timberlake, Gemma Arterton...

Genre : Policier, Thriller

Sortie : 25 septembre 2013

Synopsis : Richie, étudiant à Princeton, joue au poker en ligne pour payer ses frais de scolarité. Lorsqu'il se retrouve ruiné, persuadé d'avoir été arnaqué, il décide de s'envoler pour le Costa Rica afin de retrouver la trace d'Ivan Block, le créateur du site. Ivan prend Richie sous son aile et l'amène à intégrer son business. Sentant grandir le danger et réalisant les ambitions démesurées de son boss, Richie va tenter de renverser la donne en sa faveur.

Contexte...

Players est la troisième réalisation de Brad Furman, après The Take (2008) et La Défense Lincoln (2011), ce dernier étant une adaptation du roman éponyme de Michael Connelly. Players est sorti le 25 septembre 2013, avec en tête d'affiche Justin Timberlake (The Social Network), Ben Affleck (Argo), et Gemma Arterton (Quantum Of Solace).

Verdict...

Bien qu'assassiné par la critique, ainsi que par le public, je décidais tout de même d'aller voir Players, film qui avait attisé ma curiosité en cette fin d'année 2013, quitte à le défendre bec et ongle après la projection. Je ne mettrais pas mon plan à exécution mais je ne tirerais pas sur une ambulance en feu, au contraire je préfère venir avec mon petit extincteur. Car oui, Players est loin d'être bon mais ce n'est pas non plus le navet auquel je m'attendais.

Lorsque je suis sorti de la projection du film, la première phrase qui m'est venue à l'esprit est : "C'est pas mal." Mais vous vous doutez bien que ce n'est pas suffisant pour une critique, même lorsque l'on s'appelle mr-edward et que tout le monde vous félicite pour votre critique du film "La Neuvième Porte" où je n'avais écris que : "J'aime pas". Il me fallait donc actionner l'interrupteur "analyse critique". Et même avec cet interrupteur, les mots ne me vinrent pas à l'esprit, à croire que j'avais tout donné lors de ma sublime critique sur le médiocre film, One Direction : This is Us. Que nenni, l'envie d'avoir envie me pousse toujours aussi loin et piqué dans mon orgueil, je me devais de relever la tête et de retourner au combat. Faut-il rappeler que je suis toujours en compétition avec la raclure de bidet du nom de yoyo114 qui revient toujours à la charge, comme son nom l'indique (oui je suis un voleur de blague et je l'assume), au niveau critiques, que ce soit sur Allociné ou sur le blog ? Et bien que ses dernière critiques soient bonnes, il n'y a pas de place pour le féliciter.

Quoi qu'il en soit, j'ai conscience que j'ai mis du temps à écrire cette critique, bien que je n'ai pas grand chose à dire sur le film. C'est d'ailleurs assez frustrant, car il y a de bonnes qualités mais mal exploités. Le problème de Players est qu'il est comme un train qui passerait devant nous : c'est sympa à voir, mais une fois disparu, on ne s'y éternise pas et on retourne vaquer à nos occupations. Il manque, malheureusement, de saveur et pourtant il y avait de quoi faire un bon film.

Foncièrement, on ne passe pas un mauvais moment devant, mais tout s'enchaine trop rapidement. Brad Furman ne prend pas la peine de poser son récit, d'exposer clairement les éléments de celui-ci et de bien les exploiter. A aller trop vite, le réalisateur ne peut que perdre l'attention du spectateur et donc faire en sorte qu'il ne se sente pas concerné par ce qui se passe devant ses yeux. Ce sentiment d'empressement est accentué par le scénario et par la réalisation.

La mise en scène est correct et très classique mais légèrement gâchée par un montage qui veut aller plus vite que la musique. Les conséquences étant que parmi les enjeux présentés, certains sont pulvérisés sur place ou très mal exploités. Le film dure 1h30 et l'on voit clairement que rajouter 30 min (voire un peu plus) n'aurait pas été un luxe, au contraire, vu le déroulement de l'histoire, l'intrigue se devait d'être posée et donc le réalisateur d'éviter que les évènements  n'aillent à la vitesse de l'éclaire.

La faute aussi à un scénario loin d'être bon. Qu'il soit classique n'est pas dérangeant, mais il est trop prévisible et manque de "surprises". Comme évoqué précédemment, certains éléments sont mal exploités et d'autres mal expliqués, voire pas du tout. L'exemple étant avec l'un des sujets du film : les jeux de poker en ligne. Celui-ci étant résumé en une scène. La question étant : est-ce suffisant ? La scène est bonne (faisant penser au film The Social Network) mais pas très explicative, il aurait donc été intéressant de fouiller un peu plus le sujet (à mon humble avis).

Il y a aussi un problème dans le traitement des personnages, celui-ci étant très sommaire et donc pas assez fouillé. Certains personnages sont très mal écrits. Il en va de même avec  les relations entre les différents protagonistes, exemple avec Ivan (Ben Affleck) et Rebecca (Gemma Arterton), ou même  Richie (Justin Timberlake) et son père. Tout cela fait que le scénario manque de profondeur.

Au niveau de l'interprétation, les acteurs et actrices font ce qu'ils peuvent pour sauver le film. Ben Affleck tire son épingle du jeu et est crédible dans un rôle de "méchant"  (première fois pour lui). Justin Timberlake est loin d'être bon, et pourtant il a prouvé qu'il pouvait être un bon acteur (The Social Network, Time Out). Gemma Arterton, quand à elle, n'a pas un rôle à la hauteur de son talent, mais prouve qu'elle a beaucoup de charme.

Pour conclure,

Players est une déception bien n'étant pas un mauvais film. Il se laisse regarder et l'on peut passer un bon moment devant. Simplement, il y avait matière à faire beaucoup mieux, la faute à un scénario loin d'être à la hauteur et à une réalisation qui ne prend pas la peine de poser les éléments du récit.

Note : 2.5/5

Players : la critique

Rédigé par Mr Edward

Publié dans #Sorties Ciné, #Dans le Magnéto

Repost 0
Commenter cet article

yoyo114 19/10/2013 10:41

Cher lecteur,
tu as lu la critique de mr-edward ? Tu l'as trouvé excellente et tu t'es dit "tiens, mais finalement, ce mr-edward serait bien capable d'en découdre avec la verve légendaire de la raclure yoyo114 ? Tu te sens perdu entre deux idoles ? Ne t'en fais pas, je suis venu ici pour te remettre dans le droit chemin.

Cette critique A L'AIR excellente ! En réalité, si on l'analyse, on se heurte vite à l'indigence de la cervelle edwardienne. Premier exemple (assez bas, je l'avoue) : le vocabulaire limité du bonhomme. Sachez que l'on dit "A mon humble avis" et pas "de mon humble avis". De plus, je suis sûr que vous trouverez le mot manquant dans la première phrase de la conclusion. Et j'imagine déjà cette raclure plaider l'erreur d'inattention.

Ensuite, les raccourcis sont légions. Mr-Edward réduit le rôle d'Affleck à un rôle de "méchant", alors que tout critique se doit d'approfondir un peu l'analyse de ses personnages ! Ne parlons pas de son attirance physique latente quand il parle de Gemma Aterton.

Et ne parlons pas de cette odieuse promotion de sa critique de la neuvième porte. N'évoquons pas non plus le dénigrement public qu'il m'inflige dans le corps de sa critique. Dénigrer quelqu'un en public, voilà bien qqchose que je ne ferais jamais, même pas dans des commentaires !

mr-edward 25/10/2013 11:38

Cher monsieur yoyo114,

Sachez que je prends en compte vos remarques (bien que je ne vois pas de quelles fautes vous parlez) car je suis à l'écoute des critiques, bonnes ou mauvaises.

Je ne participerais pas à cette campagne de dénigrement dont vous êtes l'instigateur, aucun de nous deux n'en sortira grandis.

Comment pouvez-vous imposer subtilement un choix aux lecteurs ? Ne peuvent-ils pas nous aimez tout les deux ? La paix et l'amour étant trop rares de nos jours pour les gâcher.

J'ai conscience que mon article et mon analyse ne soient pas assez poussés, comme si vous étiez apte à juger.

Concernant mon attirance pour la sublime Gemma Arterton (et non Aterton comme vous l'avez écris, dire que vous osez juger mon orthographe, la blague), je ne m'en cache pas : c'est une très belle femme, au même titre que la magnifique Kate Beckinsale. Est-ce un mal ?!

Concernant la promotion de ma critique de "La Neuvième Porte", dois-je vous rappeler que vous en êtes le responsable et que vous avez été le premier à vanter ses mérites ?! On ne récolte que ce que l'on sème.

Pour le dénigrement dont vous avez été victime, je pensais que vous me connaissiez assez pour savoir que j'ai du mal à exprimer mes sentiments et donc je fais de "l'humour" ou du "dénigrement" pour attirer l'attention, je vous considérais comme un frère, il n'en est plus.

Je m'en vais, de ce pas, effectuer le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle.

Amicalement

mr-edward 23/10/2013 18:03

Vivien : Laissez ce pauvre homme déverser sa haine, si cela peut lui redonner le sourire. Il n'a pas la chance d'être moi et de ce fait, il éprouve une grande frustration. Je suis triste pour lui.

Vivien 19/10/2013 13:14

Bien étant une raclure, Mr-Edward ne mérite pas des arguments aussi bas.

Voyons.

Vivien 18/10/2013 18:35

Ta critique est très bonne mais pourquoi dis-tu a la fin que ce fut une "déception" ? Je veux dire, tu n'as pas présenté un très grand engouement avant de voir le film et en plus tu dis qu'il n'est pas merdique... Je vois pas trop ou est la déception...

Sinon il est vrai que le film à été tout bonnement assassiné partout où il est passé, en plus avec un sujet qui ne m'intéresse pas vraiment, donc pas vraiment un film que j'irais voir...

mr-edward 23/10/2013 18:00

C'est une déception au vu de ce que le film pouvait être, car il pouvait être un excellent film, et même moi je l'attendais quand même un peu (j'avais beaucoup aimé le précédent film du réalisateur).