Joe : la micro-critique

Publié le par mr-edward

Réalisé par David Gordon Green

Avec Andy Nicolas Cage, Tye Sheridan, Adriene Mishler...

Genre : Drame.

Sortie : 30 avril 2014.

Histoire : Dans une petite ville du Texas, l’ex-taulard Joe Ransom essaie d’oublier son passé en ayant la vie de monsieur tout-le-monde : le jour, il travaille pour une société d’abattage de bois. La nuit, il boit. Mais le jour où Gary, un gamin de 15 ans arrive en ville, cherchant désespérément un travail pour faire vivre sa famille, Joe voit là l’occasion d’expier ses péchés et de devenir, pour une fois dans sa vie, important pour quelqu’un. Cherchant la rédemption, il va prendre Gary sous son aile…

Verdict...

C’est avec le film Joe, qu’est inaugurée la nouvelle rubrique « micro-critiques ». Et si cette critique arrive avec presque 1 mois après la sortie du film, ce n’est pas réellement de mon fait. En effet, le cinéma où je vais régulièrement n’a commencé à diffusé le film que la semaine dernière. Mais passion directement à la critique.

Réalisé par David Gordon Green (Délire Express, Prince of Texas), Joe est une œuvre captivante et intéressante. C’est aussi l’occasion de nous rappeler que Nicolas Cage est un grand acteur, s’égarant trop souvent dans les navets. Ici, il est face à Tye Sheridan, jeune acteur prometteur, jouant le rôle d’un gosse, qui essaye de s’en sortir dans un monde rude et opressant. Et si le rythme un peu lent peut déconcerter certains, la présence de ces 2 acteurs (mais surtout Nicolas Cage) nous empêche de somber dans l’ennui. Il ne serait, en aucun cas, osé de dire que Nicolas Cage trouve dans Joe, l’un des plus beau rôle de sa carrière. Il est habité par son personnage et arrive à nous impressioner.

En plus d’avoir un scénario très bien écrit, intelligent et intrigant, celui-ci étant tiré de l’œuvre éponyme de Larry Brown, manquant peut-être d’un peu de subtilité, Joe est aussi dôté d’une excellente mise en scène, très sobre. David Gordon Green ne fait pas de concession et trouve le parfait équilibre pour ne pas sombrer dans le patos. Le climat du film est glacial, âpre et terriblement cruel, illustrer par les décors et l’univers de celui-ci.

 

Pour conclure, Joe est un excellent film, dans la veine d’un Winter’s Bone ou d’un Mud, sur les rives du Mississippi, qui nous prend au tripes et ne nous lâche, qu’une fois le générique de fin arrivé. Il fait aussi penser à Killer Joe, la différence étant que l’œuvre de David Gordon Green n’est pas nihiliste et croit en une forme de rédemption.

 

Note : 4.5/5

Joe : la micro-critique

Publié dans Micro-Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article