Get On Up : la critique à vif de mr-edward

Publié le 25 Septembre 2014

Réalisé par Tate Taylor

Avec Chadwick Boseman, Nelsan Ellis, Viola Davis, Dan Aykroyd...

Genre : Musical, Biopic, Drame.

Sortie : 24 septembre 2014.

Histoire : Vous le connaissez sous de nombreux pseudonymes: «Monsieur dynamite», «Le parrain de la soul», «Le travailleur le plus acharné du show business». Préparez-vous à découvrir l’homme derrière la légende. Né dans une grande pauvreté en Caroline du Sud, au beau milieu de la grande dépression, en 1933, James Brown a survécu à une jeunesse émaillée d’abandon, d’abus sexuel, d’écoles de redressement et de prison. Personne ne lui a jamais appris les règles du jeu. Il était destiné à les briser. De son expérience de boxeur amateur ou de chanteur de rue, il a su canaliser chaque coup dur en un rythme qui se fit l’écho de sa rage de vivre. Il est devenu un des interprètes les plus influents qui marquèrent la scène soul ou funk, et l’artiste le plus samplé de l’histoire continue d’inspirer la plupart des artistes reconnus aujourd’hui.

Verdict...

Ce n’est pas par flemmardise, mais bien par manque de temps que j’ai décidé d’écrire une micro-critique pour Get On Up, bien que le film étant sorti la veille du jour où je l’ai vu, c'est-à-dire hier. Et qui dit, critique à vif, dit manque de recule et donc de structuration, mais je vais quand même essayer d’être clair dans mes propos.

Alors que vaut ce biopic sur James Brown ? Ne connaissant pas vraiment l’histoire du parrain du funk, il m’est difficile de dire si le scénario est fidèle à la réalité. Malgré tout, on peut sentir que quelques évènements sont mis en arrière plans voir quasiment occultés (exemple : les relations entre James Brown et Martin Luther King). Il est en de même avec le contexte politique, le film s’attarde réellement avec la vie de Mr. Brown et non de ce qui se passait autour de lui (exemple : la ségrégation). En effet, Chadwick Boseman apparait quasiment sur chaque plans. L’histoire de James Brown est intéressante. Tate Taylor n’y dresse pas un portrait idyllique du personnage et donc n’occulte pas ses zones d’ombres. On y suit un homme qui en a chié dans la vie pour réussir, qui n’a pas eu une enfance et une adolescence facile (une mère qui l’abandonne et un père qui le battait), mais qui au fur et à mesure de sa carrière, est devenu un tyran, battant sa femme et méprisant presque les autres, notamment son meilleur ami (joué par Nelsan Ellis). C’était un génie de la musique, mais détestable en tant que personne, surtout lorsque les gens n’allaient pas dans son sens. C’est d’ailleurs assez déstabilisant, lors de flashbacks où on le revoit au début de sa carrière et le plan d’après, vers la fin de celle-ci. L’un de problèmes du scénario ou de la réalisation est son côté « larmoyant » non pas qu’il soit visible sur chaque plan, voire c’est très rare, mais cela annihile parfois la portée d’une scène (exemple : l’arrestation de James Brown)

Habile transition pour vous parler du montage du film. J’ai un problème avec celui-ci, surtout les les 30 premières minutes (voire plus ou moins). En effet, le réalisateur enchaine les ellipses et les flashbacks trop rapidement et on a parfois du mal à se retrouver, ne comprenant pas toujours la logique. Par la suite, il n’y a rien à redire. On se s’ennuie pas une seconde, même si l’on sent qu’il y en avait encore beaucoup sous la chaussure. Mais il n’empêche que le scénario est bien fournit et l’on comprend, ou tout du moins, on constate la mégalomanie et la folie de James Brown. Taylor Tate arrive à retranscrire chaque aspect de la personnalité de Mr. Brown avec brio, il sublime son personnage lors des scènes musicales d’une grande puissance. L’histoire est passionnante.

Dernier point à aborder et pas des moindre, le casting. Chadwick Boseman est tout simplement époustouflant dans le rôle de James Brown, il habite son personnage et dégage un charisme de dingue. Le maquillage accentue la ressemblance avec James Brown. Nelsan Ellis est lui aussi énorme dans le rôle de Bobby Byrd. Le reste du casting est lui aussi très bon.

Pour conclure, Get On Up ne serait peut-être pas un biopic mémorable à cause de quelques défauts, mais il n’en demeure pas moins que c’est un grand biopic avec un l’incroyable prestation de Chadwick Boseman. Un film à voir, d’autant plus si l’on aime James Brown.

 

Ma Note : 4/5

Get On Up : la critique à vif de mr-edward

Rédigé par mr-edward

Publié dans #Micro-Critiques

Repost 0
Commenter cet article

mr-edward 08/10/2014 12:38

J'avais entendu parler qu'un biopic sur Jame Brown était en préparation, mais je ne savais pas quand est-ce qu'il sortait, et de toute manière, à l'époque il ne m'intéressait pas. C'est lorsque j'ai vu la bande-annonce du film, lorsque je suis allé voir Gemma Bovery, que j'ai eu envie de le voir.
Et tu sais combien de temps, tu seras hors de nos contrée ?

yoyo114 08/10/2014 17:57

Je me suis retiré dans la mittle europa, et ce jusque juillet 2015

yoyo114 27/09/2014 17:56

ta critique m'intéresse d'autant plus que je n'avais jamais entendu parler du film. Seulement, je suis maintenant à l'étranger (année Erasmus !!!!!!!!!!) et je ne suis pas certain de trouver de cinéma qui projette les films en VO.
Adieu le bon temps de l'UGC Lille et du Majestic.

Vivien 08/10/2014 12:44

Bienvenue au Zouzbékistan, le seul film que tu pourras voir en VO (et voir tout court) est Kick-Ass.

Bonne chance.