Un homme très recherché

Publié le par yoyo114

 

Un homme très recherché, le nouveau thriller du hollandais Anton Corbijn, peut se targuer de réunir un bon nombre d'arguments marketing : adapté de John Le Carré, le maître de l'espionnage, on pouvait espérer que le film soit un digne successeur de La Taupe. Auréolé d'un casting en or - Willem Dafoe, Rachel McAdams, Robin Wright, Daniel Brühl - c'est aussi l'occasion de découvrir Philip Seymour Hoffan, disparu cette année, dans un de ses tous derniers rôles. 

 

Le film est une réussite inégale. On regrette que l'intrigue, en apparence touffue, soit finalement assez convenue. Passé la partie d'exposition assez brillante, tous les rouages de l'intrigue sont évidents : tout est affaire de manipulation. Bachmann (le protagoniste) fait pression sur A, pour que celui-ci fasse à son tour pression sur B, qui sera chargé d'espionner C, et ainsi de suite. Une fois l'enjeu de départ assimilé, l'intrigue va se tricoter sans réel rebondissement, le seul suspense reposant sur cette question : l'homme arrivé clandestinement à Hambourg est-il vraiment un terroriste ? Mais ce doute n'est pas suffisamment entretenu pour tenir en haleine de bout en bout. 

 

Le film est convaincant, cependant, car il réussit de beaux portraits d'espions en perdition dans l'Occident Post 11-Septembre. Un homme très recherché est moins un film d'espionnage qu'un film sur l'espionnage. A ce titre, le dénouement pessimiste est très réussi, en grande partie grâce à la performance de Seymour Hoffman. Le reste du casting est au diapason. Cependant, les seconds rôles sont un peu trop caricaturaux, et même de grands acteurs comme Willem Dafoe et Robin Wright peinent à les faire exister.

 

Le film se distingue par sa façon de filmer le monde de l'espionnage comme un monde sous cloche. Les personnages errent dans de longs espaces sans vie, désincarnés, au milieu d'une ville fantôme (magnifiques plans de Hambourg). Le film prend le temps d'instaurer un climat envoûtant, puis oppressant. Cependant, Corbijn n'est pas (encore) un excellent réalisateur, et il n'aurait pas dû prendre le pari de tout miser sur l'atmosphère. Certains passages, qui auraient pu être contemplatifs, deviennent laborieux. 

 

Pour conclure : une intrigue qui manque de piquant, mais un beau portrait d'espion tourmenté, soutenu par d'excellents acteurs. Bien que parfois ennuyeux, et pas toujours très fluide, le film installe un climat intéressant qui donne envie de suivre le parcours du cinéaste. 

Publié dans Micro-Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mr-edward 08/10/2014 12:36

Très bonne critique. Je voulais revenir sur ce que tu dis sur le réalisateur, ce que tu dis sur lui est le reproche que je pouvais faire pour son précédent film "The American". Le problème que j'ai avec lui, c'est que j'ai l'impression qu'il mise tout sur le design de la voiture en oubliant d'améliorer les performances de celle-ci.