Batman v Superman : L’Aube de la Justice (journal de mr-edward et d'Hunter Arrow)

Publié le 27 Mars 2016

Réalisé par Zack Snyder

Avec Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg, Gal Gadot, Gal Gadot, Amy Adams, Jeremy Irons, Diane Lane...

Genre : Action

Sortie : 23 mars 2016.

Histoire : Après les événements dans Man of Steel, Metropolis a été rasée et Superman est le personnage le plus controversé dans le monde. Bien que pour certains, il soit encore un symbole d'espoir, d'autres le considèrent comme une menace pour l'humanité et réclament justice pour le chaos déchaîné sur Terre. Pour Bruce Wayne / Batman le justicier de Gotham City, Superman est clairement un danger pour la société. Il craint les effets d'un tel pouvoir sans contrôle sur le sort du monde et décide de porter son masque et son costume pour s'opposer à lui, tandis qu'une nouvelle menace met en danger l'humanité.

Journal de mr-edward

Lundi 21 mars 2016

    Cadavre de cœur brisé dans ruelle, ce matin. Trace de rupture sur corps céleste. Cette fille ne veut plus de moi. Je n’ai pas su voir son vrai visage. Le sang de rêves perdus s’écoulent dans les caniveaux et font déborder les égouts. Toute cette vie à l’air bien triste aujourd’hui. Rendez-vous médical, rien à signaler. Encore une nouvelle semaine qui commence. Le film sort dans 2 jours, mon impatience s’accrue. Je ne sais pas quand est-ce que je le verrais. En attendant, je jette des parpaings sur les gens. Personne ne semble apprécier, étrange réaction de personnes au comportement atrophié par le poids des années. Est-ce pour cette raison que l’on nait ?

 

Mardi 22 mars 2016

    Cadavre de cœur brisé dans son lit doré. Partenaire particulier, cherche partenaire particulière, décomplexée, pas trop timide et une bonne dose de savoir faire. Message de mon ex de lundi, elle veut que l’on se voie. Même le film Never Say Never n’a plus d’impact sur moi. J’en viens à mépriser The Postman et toutes les conneries que j’ai pu dire. Au fond du gouffre, l’amour fait aussi mal qu’une coloscopie sans calmant ni anesthésie. Elle veut surement récupérer son doudou que j’ai décapité et démembrer. Ce début d’article part déjà en vrille et en divagations inutiles. Et ce n’est que le début.

 

Mercredi 23 mars 2016

    Le matin

    Sortie du film sur les écrans de cinéma. L’attente est à son comble, mais je ne peux pas encore le voir. La promesse est une chose importante qu’il faut tenir. Les premières critiques ne sont pas fameuses, cela ne change rien à mon enthousiasme. Je ne me fie qu’à mon instinct et celui-ci me dit de laisser ce monde brûler. Si les gens ruent sur mes pas, s’ils trébuchent, s’ils tombent, s’ils se jettent à mes genoux et se prosternent, qu’ils me réclament la clémence. Qu’importe si je dois donner au peuple un idéal à atteindre. Je dirais non.

    L’après-midi

    Les critiques ne sont toujours pas bonnes. Je me pose certaines questions. Non pas sur mon envie de le voir, ni sur la qualité du film, mais sur autre chose. Fin d’après-midi, Hunter Arrow me propose d’aller le voir, je suis obligé de décliner son offre avec le plus grand irrespect que je lui dois. Les stigmates de la séance de Black Swan sont encore trop présents. Il est difficile d’apprécier une œuvre quand Parkison est ôté de vous. Mes blagues sont toujours aussi tendancieuses et limites. J’assume. Rire c’est bien, pleurer, moins.

    Le Soir

    Hunter Arrow sort de sa séance. Il me dit qu’heureusement que nous ne sommes pas allés le voir tous les 2. Il préfère de très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très très loin Man of Steel. Je ne suis pas surpris, il émettait déjà quelques réserves avant la sortie du film. Et puis une personne qui aime Star Wars : Le Réveil de La Force, ne peut avoir bon goût. Comment accepter ce qu’a fait Disney de l’univers de Star Wars ? C’est un viol de la licence, une profanation (ndlr : il y en a qui n’ont pas peur de la stupidité de leur propos).

    Etrangement, en lui demandant quelques petits détails sur son avis, celui-ci ne me sort que des qualités. Le bougre deviendrait-il fou au point de détester un film dont il ne trouve que des qualités ? De pas son attitude, il confirme tout le bien que je pense du genre humain. Celui-ci est si faible et si stupide quand il ne me ressemble pas. Mais peut-être que je ne veux pas qu’il me ressemble. Je ne désire pas appartenir à ce monde.

Jeudi 24 mars 2016

    Rien à signaler de mon côté. Ah si ! J’ai mangé une galette jambon œuf, très bonne. Du côté d’Hunter Arrow c’est une autre histoire. Le bougre n’arrête de repenser au film. Des images, des sons, des odeurs lui reviennent en mémoire. Il rêve de collant et de bas-résilles, la nuit. Dans ses rêves, je suis Superman, Yoyo est Batman et lui Wonder Woman (ndlr : depuis le temps que vous lisez ce bougre, vous devriez ne plus être étonné par ce qui tourne dans sa tête). Le matin, il ne peut s’empêcher de continuer à repenser au film et à ses rêves. Il commence à moins détester le film, à diminuer sa déception et à prendre du recul. Il se rappelle certaines scènes, apprécient certains dialogues ou idées. Il m’en parle par message.

    Le film continu de se faire défoncer par la critiques. Est-ce ma confiance aveugle envers celui-ci mais je continu à me poser des questions ? Est-ce légitime ? Entendre parler que c’est le pire film, n’est-ce pas exagérer ? 30% sur Rotten Tomatoes, ça fait mal. Mais comment prendre au sérieux un site qui met 80% à Sharknado ? On pourrait dire la même chose que moi, qui ait encensé les films de Marvel dans mes critiques, par exemple. Mais je me demande si le Bad Buzz autour du film, n’est pas injustifié et totalement gratuite. Il donne l’impression de payer pour les autres. Les critiques sont plus indulgentes pour des films comme Ant-Man, Iron Man 2 ou Avengers 2 (dans le même genre) alors que ceux-ci sont quand même sacrément mauvais. Certaines critiques en plus d’être virulentes en sont carrément méchantes. Souhaiter l'échec d’un film, est lamentable. Même quand je déteste un film, que celui-ci fonctionne ou non, ne me dérange pas. Ce n’est pas la surexposition d’un film qui va me gêner, mais que cette surexposition va mettre de côté ou passer à la trappe des films tous aussi intéressants voire plus. Certes, quand on a une passion, on désire que celle-ci ne soit pas salit par certains, mais est-ce pour autant qu’il faut souhaiter du mal à celui qui l’a salit ? Je rappelle que dans le cas présent, ce n’est que du cinéma (ndlr : ce sujet sera traité bien évidemment dans ma critique).

 

Vendredi 25 mars 2016

    Je continu de parler du film avec Hunter. Il veut le revoir, je décide d’y aller le samedi après-midi. Le rendez-vous est pris. En attendant, je continu de regarder la saison 2 de Daredevil, elle est excellente. Je constate avec amusement que 2016 semble être l’année de l’affrontement. Batman contre Superman ; Captain America contre Iron Man ; Daredevil contre Le Punisher. Même si pour chaque, cela semble être un type d’affrontement bien précis, au niveau du thème. Batman v Superman : L’Aube de la Justice est plus « religieux », Captain America : Civil War plus « politique » et Dardevil saison 2 concerne la justice et comment celle-ci est appliquée. Cela pourrait faire l’objet d’un article après la sortie de Captain America : Civil War en Avril.

 

Samedi 26 mars 2016

    13h45

    Le Grand Jour est Arrivé. J’arrive à 13h45, Hunter est déjà là. Je sais déjà que la raclure de bidet ne pourra pas me pourrir la séance, comme il l’a fait avec Black Swan ou Godzilla. Il a déjà vu le film et sait à quoi s’attendre. Nous échangeons 2-3paroles, je prends des mentos et la lumière s’éteint....

    16h40

    Le film vient de se terminer...

Journal de Hunter Arrow

Lundi 21 Mars 2016

    Je n'aime pas les lundi, ces derniers amorcent le début d'une semaine, qui je le sais, sera pourrie. Mais hasard de mon planning, me voici en repos après un week-end de travail harassant. Hagard après une nuit d'insomnie, je me décide à sortir de mon lit. Mais plutôt qu'affronter le monde extérieur, j'erre sans but dans mon appartement. J'allume mon nouvel ordinateur afin de pouvoir taper ces lignes de journal. Je regarde dans ma boite mail et j'en vois un envoyé par l'équipe de SensCritique. Celui ci m'annonce que ma participation a un tirage au sort a été payante et que je peux ainsi voir gratuitement le film DTV 99 Homes avec Andrew Garfield et Michael Shannon. Passé le choc d'avoir enfin réussi à gagner quelque chose dans ma vie, l'évocation de Michael Shannon me fait penser à deux choses. La première, Midnight Special où il tient le rôle titre. Frustration à son comble, il ne passe toujours pas par chez moi. Puis ensuite, comme une pile de domino s'effondrant, une réflexion teintée de liens étrange me vient en tête : 99 Homes avec Michael Shannon, Michael Shannon méchant dans Man of Steel, suite de Man of Steel qui va sortir et qui s'appellera Batman V Superman, sortie de Batman v Superman cette semaine, Sim a joué dans Louis la Brocante... Ah non là je divague. Mais passé cette réflexion je me dis... bah je ne me dis rien en fait. Batman V Superman ne m'attire pas des masses, ayant moyennement apprécié Man of Steel. Puis j'ai été refroidi par ses bandes annonces qui ne me donnaient pas envie. Mais bon je me dis, au moins ça peut faire une sortie cinéma cette semaine.... Le cinéma, seul endroit où je tolère être mis en contact avec des êtres humains.

 

Mardi 22 Mars 2016

    Je n'ai rien à dire sur cette journée. Hormis le fait que ce matin je me suis cogné le petit orteil contre un meuble et que ça fait mal... Il coûtait cher ce meuble...

 

Mercredi 23 Mars 2016

    Un nouveau jour se lève sur la planète France et en ce qui me concerne, ma journée débute avant les aurores. Aucun intérêt. Quoiqu'il en soit, ce jour c'est la sortie de Batman v Superman et enfin je commence à m'y intéresser. Je me garde de lire tout avis avant de voir le film. Journée de travail achevée, repassant devant le cinéma qui est maintenant à deux pas de chez moi, j'en profite pour regarder les heures de projection du nouveau Snyder. Pas de bol, le mercredi c'est full projection 3D. Je propose toutefois à Edward de m'accompagner pour le voir le lendemain, sachant qu'il y a des séances 2D. Le malheureux me répond qu'il n'a pas la tête à aller voir ce film. Surement une nouvelle déconvenue amoureuse, le garçon les collectionne comme certains le font avec les timbres. Je n'ose toutefois pas lui dire que croiser le regard d'une femme ne fait pas nécessairement d'elle votre "copine"... Mais le bougre s'acharne avec tant d'ardeur qu'un jour il va falloir que je le fasse... un jour peut être... peut être....

    Quoiqu'il en soit, la curiosité me titillant tels un morpion, je me dis "Bon, le temps que Mr Edward se remette de sa peine de cœur, l'épisode 25 de la Justice League sera sorti et je n'aurai même pas vu ce Batman V Superman." Ainsi je prend sur moi et vais assister à la séance de 17h. Je vous passe la quête qui s'en est suivie pour retrouver mes lunettes 3D car quand on est une radasse comme je peux l'être, hors de question de repayer pour avoir à nouveau un objet que je possède déjà quelque part sous 3 tonnes de trucs incongrus. Je n'ai que 100 mètre à faire avant d'arriver au cinéma, une fois mon ticket acheté, je trouve une place... au fond de la salle. Alors que j'attends que la projection débute, confortablement installé dans mon fauteuil, je commence à regretter d'être venu alors que la fatigue de ma journée se fait sentir. Mes paupières sont lourdes, me maintenir en éveil requiert un effort et je doute de pouvoir rester concentrer au maximum sur le film... surtout en 3D. Les lumières s'éteignent, j'enfile mes lunettes... c'est parti.

    2h30 plus tard je ressors de la salle consterné, usé, libéré, délivré... mon avis sur le long métrage est plus que mitigé comme en témoigne le premier SMS que j'envoie à Mr Edward. J'ai trouvé ça haché, balourd voir boursouflé. Plus tard dans ma critique sur SensCritique, j'écrirais ces quelques lignes :

Tout comme Man of Steel, le film contient son lot de bonnes idées qui permettent à l'ensemble de relever la tête et ainsi de paraitre moins bête que le blockbuster Marvel de base. Sauf que malheureusement ces bonnes idées, voir ces fulgurances se noient dans un ensemble peinant à tenir debout la faute à une narration en dent de scie. Ce qui m'a frappé en premier lieu c'est le déséquilibre de l'histoire, peinant à trouver un juste équilibre entre action divertissante, traitement des thématiques, mise en place de l'intrigue, introduction des personnages, approfondissement psychologique. En fait le film semble avoir été trop gourmand pour ses 2h20 et ainsi on peut passer du coq à l'âne, le tout n'étant pas aidé par des transitions aussi maladroites que celles que j'emploie dans cette critiques.

http://www.senscritique.com/film/Batman_v_Superman_L_Aube_de_la_Justice/critique/88658120

    Parallèlement, je continue à envoyer des messages à Mr Edward, toutefois par pure grandeur d'âme, je ne souhaite pas non plus lui pourrir le film alors ces derniers s'attardent finalement peu sur le négatif.... voir je sors surtout du positif tels que la prestation de Ben Affleck, l'action bien réalisée, les thématiques vraiment intéressantes, le fait que l'on sent que ce n'est pas qu'un film de franchise... Enfin bref, ressortir ces points positifs renforcent petit à petit ma considération pour ce Batman V Superman.

Jeudi 24 Mars 2016

    A chaque jour suffit sa peine, la mienne est d'avoir eu l'occasion d'avoir l'illustration au sens littéral de l'expression "Fait du bien à Martin, il te chiera dans les mains". Journée sans intérêt une nouvelle fois. Je rentre chez moi, consulte enfin quelques critiques de Batman v Superman et découvre qu'il se fait tailler en pièce. J'en suis sorti mitigé, mais de là à être en accord avec des gens lui reprochant de manquer d'humour alors que c'est exactement ce à quoi l'on pouvait s'attendre... non là c'est folie. Autre critique me dérangeant : le fait que l'on reproche à Snyder d'avoir dénaturé les mythes de Batman et Superman. En fait ce qu'on lui reproche surtout c'est de s'être réapproprié ces mythes et d'en avoir livré son interprétation. Mais n'est ce pas le minimum que l'on devrait demander à toute adaptation ? Prendre du recul sur son matériau, nous livrer une vision personnelle de la chose et tenter de la nous transmettre afin que l'on puisse se l'approprier. Les mythes ont toujours connus moult variations et il en est de même pour les héros de comics. Quand Frank Miller sortait son Dark Knight Returns, on lui reprochait de s'éloigner de la vision kitch du Batman des années 60 ? C'est ainsi que les icônes demeurent : quand le public mais aussi les artistes se les réapproprient. On peut ne pas adhérer à la vision de Snyder, considérer qu'un Batman sociopathe et tuant ses ennemis ce n'est pas le Batman que l'on souhaite voir. Mais en aucun cas on ne peut dire que cela est un défaut surtout à une époque où l'on est parfois trop frileux quand il s'agit d'adaptation d'icônes populaires et que l'on se contente de légitimer la réappropriation par la citation... ce que font des films comme Jurassic World ou Star Wars 7 que j'ai beaucoup aimé mais qui, en soit, n'apportent rien ou peu à l'univers qu'ils exploitent. Ce Batman V Superman s'est osé à la prise de risque et rien que pour ça il est respectable même si bancal.

    Toutes ces réflexions où je défend le film me font presque réévaluer mon jugement. Mais est ce parce que je commence à relever des qualités qui m'avaient échappé à mon premier visionnage, sachant que lorsque l'on est déçu on se focalise sur le négatif ? Ou alors est ce parce que je suis un connard contradicteur aimant dire blanc quand tout le monde dit noir et qui se prend d'affection pour un film sur lequel tout les médias semblent s'acharner ? Quoiqu'il en soit, je suis partagé...

 

Vendredi 25 Mars 2016

    Avec Mr Edward j'échange à nouveau des SMS sur le film. Lui comme moi avons du mal à comprendre ce bashing en règle autour du film... Cela renforce la curiosité et l'impatience d'Edward quant à voir ce BvS au plus tôt et quant à moi... je dois le revoir. J'aurais trop mal d'être passé à côté d'un bon film parce que j'étais trop fatigué, peu attentif et que je ne le regardais pas dans des conditions optimales. Ce second visionnage confirmera sans doute mon avis mitigé, voir amplifiera ce dernier ou bien il me permettra de voir le film autrement... La date et l'heure sont fixées, j'y retournerai demain.

 

Samedi 25 Mars 2016

    Il est 13h45, j'arrive devant le cinéma où je dois rejoindre Mr Edward. Ce dernier a voulu à tout prix se garer sur le parking du cinéma plutôt que me rejoindre directement chez moi alors que j'habite presque littéralement à deux pas. Je vois le garçon, triste spectacle... Le jeune homme fait peine à voir, on le sent brisé et à deux orteils de craquer. Je sens que si ce film le déçoit, il peinera à se remettre de cette déconvenue supplémentaire.

    Il est 16h40, le film vient de s'achever. Edward repart en hâte sans dire mot. En ce qui me concerne, OUI j'ai aimé ce revisionnage. Le montage bordélique demeure un défaut, mais l'avantage c'est qu'une fois que l'on s'y est habitué, le film devient plus clair, le récit se suit mieux et on peut davantage comprendre les fulgurances du récit... et bordel elles sont nombreuses.

    En fait le vrai soucis de ce Batman V Superman L'aube de la Justice tient dans sa dualité. D'un côté il y a le Batman V Superman avec sa première heure et demi où Snyder soigne son ambiance, développe ses héros et le contexte les entourant. Il présente des thématiques passionnantes. Mais à côté il y a ce L'aube de la Justice, posant les bases de la Justice League. Et là est la faiblesse du film. Ainsi on inclue des visions du futur qui viennent gâcher le message du long métrage et sa fin... mais bon 1h30 sans scène d'action c'était trop, surement fallait-il en mettre une accompagnant un teasing pour la suite, histoire d'intéresser le spectateur... On introduit encore plus mal les caméos des futurs protagonistes de la Justice League au détour d'une scène coupant le rythme et la dynamique de l'ensemble... et surtout on achève le film sur un climax balourd, usant le spectateur avec son déluge de CGI surchargeant l'écran. Et là on a l'impression d'être dans un autre film que celui qui nous a été présenté pendant la majeure partie du temps. Chose d'autant plus rageante que le montage haché sacrifie clairement du développement des personnages, Superman étant particulièrement affecté. Alors voir qu'à côté on prend la peine d'intégrer des bouts de teasing ça agace.

    Mais je me demande ce qu'en a pensé Edward ? Le Bougre est parti sans demander son reste et j'aimerai savoir si ce film a été pour lui une déception ou non...

 

    Note de Hunter : Je n'ai pas réussi à retrouver Edward, seulement une lettre de ce dernier. Là voici

    Cher Hunter,

    Je te prie de bien vouloir excuser mon départ hâtif, mais l’appel de l’amour n’attend pas. Il est de ces voyages qui valent la peine d’être vécu. Qu’importe l’issue, qu’importe les conséquences, seul compte pour moi le chemin parcouru.

    Je te vois déjà te dire que je m’emballe trop, qu’il me faut calmer mes ardeurs, mais tu sais que je ne peux pas, j’ai besoin de cela : diffuser mon amour de diverses façons.

    Mais en ce jour, tu ne souhaites pas entendre, ou plutôt je devrais dire tu ne souhaites pas lire, une fois de plus, mes élucubrations sur l’amour. Aujourd’hui, tu veux savoir ce que j’ai pensé de Batman v Superman : L’Aube de la Justice. Je ne peux te répondre directement, il me faut parler à une personne bien particulière : MOI, ou plutôt je devrais dire, à mon MOI de quand j’avais 9 ans. Et cela commence de cette manière....

    Cher Moi,

   Cette année, nous aurons 28 ans, mais c’est au gosse de 9 ans dont je veux m’adresser. Sache que la plupart de tes rêves ne se sont pas réalisés, mais que d’autres, bien plus intéressants se sont réalisés. Tu n’es pas avocat et tu n’as pas réussi à sortir avec celle que tu aimais durant ton enfance. Vous ne vous voyez plus d’ailleurs, comme tu ne vois quasiment plus tes amis de cette époque, sauf 2-3. Tu as bien grandis, moins timide mais toujours un peu discret avec certaines personnes (tes 3 séances chez le psy en CE2 n’ont définitivement rien donné). Tu as plus confiance en toi. Tu es rêveur et créatif. Tu adores écrire ou raconter des histoires à qui veut l’entendre. Tu aimes la musique et essaye de jouer de la bass (très mal malheureusement. Le cinéma est aussi ta passion. Tu es gentil, sincère, fidèle et à l’écoute des autres. Tu donnerais ta vie pour tes proches. Je sais ce que tu te dis, je te décris un garçon idéal et cela frise le narcissisme, mais sache que tu n’es pas exempt de tous défauts. Comme je te l’ai dit, tu es parfois discret, trop et cela entraine un manque de confiance en toi. Tu patient pour certaines choses (les gens), moins pour d’autres (l’administrative).

    Mais je ne suis pas là pour juste te parler de toi, mais d’un sujet bien précis : BATMAN.

    Je t’imagine déjà avec un sourire qui pointe le bout de son nez, les yeux qui brillent et une figurine de Batman dans la main. Avant de continuer de lire cette lettre, tu jette un léger coup d’œil à ta Batmobile (ndlr : celle du dessin animée de 92-95) et penser à regarder ton film préféré de Batman (ndlr : celui de 1989 de Burton avec Michael Keaton/Julien Lepers) dont tu ne cesses d’user la bande de la VHS, mais je t’en veux pas ne t’inquiète pas.

    Si je te parle de Batman aujourd’hui, c’est parce qu’en 2016 est sortie le film Batman v Superman : L’aube de la Justice. Oui je sais c’est loin pour toi, tu n’es encore qu’en 1997. Et oui, un illuminé a eu l’idée folle de réaliser un de tes rêves : réunir à l’écran avec des vrai gens, les 2 héros imaginaires de ton enfance (car bien évidemment que tes véritables héros sont nos parents). Je t’imagine donc prendre ta figurine de Superman (celle avec la cape un peu cassée mais rafistolée avec du scotch). Tu élabores déjà ce que pourrait être l’histoire, mais malheureusement pour toi, malgré tous les scénarios qui gravitent dans ta tête, tu ne viseras pas juste. Et ce pour une raison, toi qui les imagines amis, dans le film ne le sont. Tu dois être choqué, mais rassures-toi, lorsque tu auras mon âge, tu comprendras et tu apprécieras.

    Malgré ce petit désagrément, tu dois surement te demander s’il est bien ou non. Soyons franc, à l’époque tu t’en foutais de la qualité, tant que tu aimais. Et surtout ne me dis pas le contraire, que ce que tu regardes est génial et bon. C’est faux, tu aimes Power Ranger, tu as d’ailleurs des figurines et tu rêvais d’être pote avec le Power Ranger Vert (ta couleur préféré) et tu voulais que la Power Ranger Rose soit ta copine (et oui tu savais déjà que "tu sais qui" ne sortirais jamais avec toi).

    Mais même si tu t’en fous de la qualité (et pas la peine de râler tu as tort et puis c’est tout, nan mais oh, c’est moi le plus vieux, c’est moi qui décide, c’est moi qui commande !!!!!!), je vais quand même te dire ce qu’il vaut.

Verdict...

    Batman v Superman : L’aube de la Justice est sortie le 23 mars 2016 et bon dieu que je l’attendais ce film. Et ce malgré les mauvaises critiques, cela n’entachait en rien mon impatience et mon enthousiasme. Qu’importe si j’entendais ou lisais qu’il était mauvais, je voulais me faire mon propre avis. Le bad buzz qu’il y a eu autour du film m’intriguait et attisait encore plus ma curiosité. Pour autant, il était hors de question de répondre au Bat-Signal pour sauver le film, sans l’avoir vu et juste par esprit de contradiction. Je n’allais pas dire qu’il était génial si je l’avais trouvé mauvais (ou qu’il était mauvais).

    De ce fait, il était important de prendre le recul nécessaire afin de livrer une critique le plus objectif possible (chose qui n’est pas aisé pour un film dont je savais que j’allais aimer).

    Comme Tu (c'est-à-dire mon Moi de quand j’avais 9 ans) peux t’en douter, j’ai beaucoup aimé le film, mais à rebours. En effet, lorsque je suis sorti de la séance, mon avis était assez mitigé, il me fallait digérer les 2h30 de film. Et de manière générale, j’ai toujours besoin de digérer un film que je viens de voir, encore plus au cinéma.

    Pour être honnête, ce n’est pas totalement ce que j’attendais du film. Et je pense que je ne suis pas le seul à avoir ressentis cela, d’où la déception de certains, voire la haine. En effet, la campagne virale de la Warner avait tout misé sur l’affrontement entre Batman et Superman, laissant croire que nous aurions le droit à 2h30 d’action non-stop. Ce qui n’est pas le cas. Et c’est, pour ma part, est un très mauvais choix marketing de la part de la Warner. Bien sûr, on me dira que ce ne sont pas les seuls à focaliser sa campagne marketing sur l’action, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut suivre la tendance.

    Je pense que la Warner a voulu suivre Marvel sur une pente qui n’est pas la leur. DC Comics, ce n’est pas Marvel (et ce n’est pas un défaut dans un sens comme de l’autre). Et on le voit à travers Batman v Superman. C’est un univers cinématographique plus sombre, plus mature que Snyder et son équipe a mis en place et que valide la Warner, vu que la campagne marketing met ça aussi en avant. Le traitement que Snyder fait des super-héros n’est pas le même que celui des films Marvel, que nous avons vu pour le moment. Il en fait des icônes, pas juste des super-héros sortis de leur comics. Ce sera intéressant de voir ce que feront James Wan pour Aquaman, Patty Jenkins pour Wonder Woman, David Ayer pour Suicide Squad, Seth Grahame-Smith pour Flash (les autres films n’ont pas encore de réalisateurs) de leur super-héros.

    Concernant Batman v Superman, c’est un traitement mythologique qui est effectué. Snyder voit Superman, Batman et Wonder Woman comme des figures mythologiques. Superman, en plus d’être une figure Christique, est Dieu parmi les hommes. Batman est la représentation de l’homme face à Dieu. Wonder Woman une Déesse qui a depuis longtemps décidé de ne plus côtoyer le genre humain (cela sera intéressant de voir si dans son film solo, cela sera traité et les raisons de son attitude). L’introduction de Batman v Superman : L’aube de la Justice illustre très bien cela.

    En effet, l’action se déroule pendant la fin de Man of Steel, et plus précisément, lors de la terraformation de la terre et le combat entre Superman et Zod à Metropolis. Dans MoS, l’action se focalisait sur les 2 personnages, ainsi que sur Lois Lane et l’armée cherchant à détruire l’engin de terraformation. Dans BvS Snyder décide de se placer du point de vu de la population qui subit ces attaques et les dégâts qui en découlent, mais plus précisément à travers les yeux de l’homme, c'est-à-dire Batman ou plutôt Bruce Wayne (ndlr : DC Comics a attendu BvS pour en parler, Marvel a attendu Civil War pour le faire soit après 253 00 films). Bruce Wayne assiste ainsi impuissant à l’affrontement entre Superman et Zod et à la terraformation à Metropolis, subissant donc directement les dégâts de ce combat.

    Ainsi en 15-20 minutes d’introduction, nous avons déjà les bases de ce qui oppose Batman à Superman. Car clairement, c’est l’homme qui s’oppose à Dieu et qui veut le tuer. Bien évidemment, ce ne sont pas que ces évènements qui définissent le caractère borderline de Batman. Il y aussi le fait que cela fait plus de 20 ans qu’il est Batman et qu’il est usé psychologiquement.

    Le personnage de Superman n’est pas dans la même optique, c’est plus un Dieu qui se pose des questions sur sa propre condition. Dans MoS, c’est : « Qui suis-je ? Quelle est ma place dans ce monde vu que je ne suis pas comme mes semblables ? ». Dans BvS, c’est : « Mon rôle est d’être un symbole, mais si les hommes ne m’acceptent pas, que suis-je sensé faire ? ». Et le film, de ce point de vu là, au niveau des thématiques est très intéressant et c’est bien traité.

    De toute manière, le scénario, dans sa globalité est bien écrit. On pourra reprocher que ce qui se rapproche à la Justice League n’est pas toujours bien amené et pas toujours utile au récit (en tout cas dans sa version cinéma vu qu’il y aura une version longue). Ce qui joue aussi concernant la Justice League, c’est l’intérêt que l’on peut avoir du projet. Personnellement, je suis intéressé par les films Justice League et donc qu’il y ait des références ne me dérange nullement, ce qui me gène c’est le fait qu’elles soient mal imbriquées dans le film.

    Par cette phrase, je vais en venir avec ce qui pèche le plus dans BvS, c’est au niveau du montage, celui-ci est trop abrupte lorsque l’on visionne le film pour la première fois, cela manque terriblement de fluidité. On passe d’une scène à une autre trop brutalement. Et là on sent qu’il y a eu des coupes dans la salle de montage, pour faire que le film ne dure que 2h30 (d’où l’intérêt de la version longue si elle corrige ces erreurs).

    Sinon, le reste est globalement excellent. Les scènes d’actions sont biens filmés et encore plus fluide et lisible que dans MoS. Snyder a su écouter les critiques sur ce point là. Bon par contre, clairement il aime quand ça pète dans tous les sens, chose que l’on peut voir dans la dernière partie du film. L’affrontement final peut gêner certaines personnes car elle dénote un peu avec le reste du film. Il y a d’excellentes idées, de représentations graphiques, qui font penser à des tableaux de la mythologie, mais noyées dans un peu trop de CGI (personnellement, cela ne m’a aucunement gêné).

    Concernant son casting, Ben Affleck a su faire taire les mauvaises langues et composent une excellent Batman/Bruce Wayne. Gal Gadot est très bonne dans son rôle. Henry Cavill s’approprie totalement le rôle de Superman/Clark Kent et l’alchimie entre lui et Amy Adams aka Lois Lane, qu’il y avait dans MoS, est toujours aussi bien et intéressante. Les 2 personnes se comprennent et jamais ne se sabordent. C’est un couple crédible et intéressant. Jeremy Irons est logiquement très bon en Alfred. Jesse Eisenberg en Lex Luthor ne fera pas l’unanimité tant il est un peu beaucoup dingue dans son rôle. Personnellement j’ai adoré son personnage. Et d’ailleurs, lui aussi fait penser à une figure mythologique : un certain Loki (Dieu de la Discorde dans la mythologie Nordique).

De ce fait, j’ai du mal à comprendre le Bad Buzz concernant le film. Certes, il n’est pas parfait et les défauts sautent à la gueule mais de là à se taper un 30% sur Rotten Tomatoes alors qu’un film comme Iron Man 2 ou Les 4 Fantastiques : le Surfeur d’Argent ont de meilleur notes, il y a un problème. Il ne mérite pas l’acharnement qu’il subit. Pour moi, il paye pour certaines merdes que nous a sorties Marvel. On va reprocher certaines choses à Batman v Superman, qu’on va laisser passer pour un film comme Ant-Man. On fait preuve d’équité ou non, mais on ne fait pas du cas par cas, surtout de la part de professionnels. Reprocher, par exemple, à Batman v Superman de ne pas faire preuve d’humour et d’être trop sérieux est d’une débilité profonde. Dès le départ, tu sais que cela va être un film sombre. C’est comme reprocher à La Liste de Schindler d’être trop sérieux. Ou reprocher au film de ne pas être la vision que l’on a de Batman ou de Superman est aussi débile. Plus j’y pense et plus je me dis qu’un film ne doit pas s’adapter a son publique, mais que le publique doit s’adapter au film, accepter les règles que le cinéaste nous fixe. Après, que l’on y adhère ou non, c’est autre chose, mais reprocher que ce n’est pas comme cela que l’on avait imaginé le film et donc lui reprocher ça est débile.

    Tu l’auras compris, mon Moi quand j’avais 9 ans, j’ai aimé le film, comme tu l’aimeras, avec ses défauts et ses qualités. Dis-toi que tu n’as que 19 ans à attendre. Ce n’est pas long quand tu te dis que tu vas vivre beaucoup superbes choses et faire de magnifiques rencontre. Mais je te laisse découvrir tout cela et te laisse retourner jouer avec ta Batmobile. J’aimerais te dire que tu dois la garder, mais comme tu es MOI, tu l’a donneras (quelle connerie j’ai fait). Ah et au fait, quand tu rentreras en 6ème, tu vas faire la connaisse d’un mec qui s’appelle Hunter, parle-lui de Final Fantasy 7. C’est un mec bien, vous allez devenir de super bon pote, vous allez vous perdre un peu de vu, mais t’inquiète pas, les vrais amis se retrouvent toujours.

 

    A plus tard, ton MOI de 28 ans.

Batman v Superman : L’Aube de la Justice (journal de mr-edward et d'Hunter Arrow)

Rédigé par mr-edward et Hunter Arrow

Publié dans #Sorties Ciné

Repost 0
Commenter cet article

yoyo114 31/03/2016 20:03

Que dire ? Que dire ? Au-delà de mon grand plaisir à lire cet article - notamment les journaux intimes qui en deviennent même plus intéressants que l'avis sur le film - je me demande comment vous est venue l'idée d'une telle structure de critique. Et vos textes sont si bien accordés que je vous soupçonne de l'avoir écrit dans la même pièce (et cette idée me hérisse les poils) !

mr-edward 10/04/2016 02:17

En fait, cela a commencé ainsi...

Comme tu le sais, j'avais demandé votre autorisation de faire la critique du film. Mais Jeudi, Hunter avait déjà écrit une 1ère critique du film sur Sens Critique, alors que je n'avais pas vu le film. De ce fait, je lui ai proposé qu'il publie sa critique étant donné que je ne savais pas encore quand est-ce que j'allais voir le film et quand est-ce que ma critique allait être publiée. Pour un film de cette ampleur, je trouve qu'il est préférable de surfer sur la vague plutôt que d'arriver après la bataille. Mais il n'était pas pleinement satisfait de celle-ci et voulait me laisser le temps de voir le film et de publier ma critique.
Il s'est avéré que je suis allé voir le film avec Hunter le samedi. Après la séance, nous avons logiquement parlé du film et nous étions sensiblement d'accord, d'où le fait que je lui ai proposé une seconde fois de publier sa critique, mais il ne voulait pas (j'avoue que j'avais la flemme de la faire sachant qu'Hunter avait déjà une 1ère critique).
Ainsi, à force de discuter du film, une 1ère idée de la structure, m'est venue à l'esprit. Écrire un article à deux était intéressant (l'idée d'un Pour/Contre fut abandonnée rapidement). En premier lieu, je lui ai proposé l'idée d'écrire l'article sous forme de journal. J'écrirais un journal de son point de vu et la critique serait sa critique. Mais Hunter, en homme tenace qu'il est, souhaitait que la critique du film soit de moi. De ce fait, après 5 minutes de discussion, nous avons eu l'idée de cette structure d'article.

Concernant la cohérence de nos textes. Après notre discussion, lorsque je suis rentré chez moi( nous étions toujours samedi), j'ai écris une 1ère ébauche de mon journal, en la mettant dans les brouillon du blog. Ainsi Hunter pouvait voir ce que cela donnait. Étant occupé de mon côté, nous n'avons pu discuter/échanger sur l'article que par messages, mais à aucun moment nous n'avons donné des directives à l’autre ou ce que l'autre devrait mettre (juste savoir si nous n'avions rien oublié), mais en plus de 15 ans d'amitiés, des automatismes se mettent en place.
Ravis que cela te plaise.