Warcraft, Le commencement... et j'ai pas franchement envie de voir la suite.

Publié le par Hunter Arrow

Un film de Duncan Jones avec Travis Fimmel/Anduin Lothar, Toby Kebell/Durotan, Ben Schnetzer/Khadgar, Ben Foster/Medhiv, Dominic Cooper/Roi Llane Wrynn, Paula Patton/Garonna

L'Histoire : Des Orcs, des Humains, de la Magie... on va tous se péter la gueule.

Vous le savez, je dois conserver mon image de gros bourrin décérébré fonçant sur le dernier blockbuster à la mode, gavé jusqu'à la moelle d'effets numériques. Et dans cette optique, je suis allé voir le dernier né du réalisateur Duncan Jones (le  gars derrière Moon qui claquait sévère pour un premier film), dont le père David Bowie nous a malheureusement quitté il y a peu. Bon après, en dehors de l'attente d'un plaisir gras et puéril, ce qui m'a surtout attiré dans Warcraft ce sont les mêmes raisons que celles qui m'ont poussé à allé sacrifier 1/10 de mes capacités oculaires devant Gods of Egypt, à savoir la découverte de la représentation d'un univers. Mais tout comme avec Gods of Egypt, il faut dire que les Bandes Annonces de Warcraft n'envoyaient pas du rêve concernant la qualité finale du rendu, avec certes d'un côté des Orcs assez bluffants de réalisme, mais de l'autre des Humains évoluant dans des décors et armures kitchs... Et on peut dire qu'à ce niveau là, la bande annonce n'a pas menti du tout. Alors pour l'aspect des Humains, je vois certains me rétorquant que c'est normal, la direction artistique est en accord avec celles des jeux vidéos... certes, mais quand on adapte, la moindre des choses est d'adopter une posture de réflexion quant à ce que l'on va porter à l'écran et ainsi de se demander "est ce que ce que je représente rend bien ou ressemble à du carton ?". Dommage que cette réflexion ne se soit pas posée ici. Mais je dois reconnaitre que malgré tout, la mise en scène de Duncan Jones s'avère suffisamment efficace pour faire passer les effets quelque peu douteux et qu'ainsi, je n'ai pas grand chose à redire au film concernant sa technique... J'ajouterais même que ça fait du bien de voir un blockbuster avec des couleurs, même si c'est pour avoir un rendu bancal. Je préfère ça aux teintes désaturées et à l'absence d'ambition artistique. Ok ça pique les yeux, mais au moins on sent que les gens derrière le projet ont tenté de faire au mieux pour faire quelque chose de fidèle aux attentes des fans de l'univers et qui ai un minimum de personnalité. Ça change de Civil War (oui je n'arrête pas avec ce film, mais que voulez vous, je le trouve pire encore que Gods of Egypt).

Le rendu des Orcs est saisissant...

Mais un film n'est pas que la forme, c'est aussi le fond et là le bas commence à blesser. Pour votre information, je ne suis pas un connaisseur de l'univers de Warcraft qui m'est carrément obscur. Mais bien que certaines choses m'aient échappé, et que je n'ai pas pu être réceptif à toutes les références fan service du film, il n'en demeure pas moins qu'à aucun moment je n'ai vraiment eu de difficultés à comprendre l'intrigue. Alors il est vrai que le film ne fait aucun effort particulier pour tenter d'expliquer l'univers à un profane. Toutefois, selon moi ce qui pourrait être considéré comme étant un défaut, est surement l'une de ses plus grandes qualités. En effet, je pense que dans une œuvre ayant pour ambition de nous projeter dans un monde de fantasy, il est inutile de chercher à tout expliquer. La plongée dans l'inconnu, cela fait parti de ce que je considère comme étant le "contrat d'immersion". Il est absurde, dans un film, d'avoir des personnages devant expliquer quelque chose appartenant à leur quotidien. Et si ce quotidien contient des créatures mi-loups, mi-dragon, mi-opossum dont la principale fonction est la production de laine; et bien il serait absurde d'expliciter cette fonction par du dialogue. Voir ce serait anti immersif. C'est sur ce principe que s'est construit en 1977 le premier Star Wars, et cela fait plaisir de voir que Warcraft l'exploite. En revanche il y a une nuance entre ne pas expliciter inutilement un univers et passer à côté de son récit, et malheureusement là on rentre dans les problèmes de ce pas assez long-métrage.

Si il y a un intérêt avec le concept que je viens de traiter, c'est celui de pouvoir se concentrer davantage sur les enjeux de l'intrigue, les relations entre les personnages, leur développement. En outre, afin de jouer la facilité, Warcraft opte pour ses héros de figures archétypales, facilement identifiables, aux enjeux personnels relevant du dénominateur commun et facilitant l’identification du public à ces derniers. Ainsi le "gentil" orc sera présenté comme étant avant tout un bon leader, soucieux du bien être de son peuple, un bon mari et père aimant. L'utilisation de ces codes, bien que relevant de la facilité d'écriture n'est pas en soi le problème. On commence à connaitre les blockbusters et si ces derniers s'illustraient par la création de personnages plus innovants, cela serait connu. Ce qui compte c'est le traitement employé afin de crédibiliser le tout. Et là Warcraft se plante complètement à tout les niveaux. La faute à une dichotomie entre la volonté d'un réalisateur de faire une fresque épique avec un univers dense, aux multiples protagonistes et variant les points de vue sur une situation pré-conflictuelle; mais de l'autre côté les ambitions d'un studio se contentant de produire un produit dérivé à un univers, axant le récit sur l'action/aventure. Finalement à vouloir contenter les deux partis, l’œuvre n'excelle dans aucune des deux ambitions pré-citées.

En tout cas le rendu est meilleur que chez les Humains.

Le soucis étant que la multiplicité des points de vue entraine un problème de rythme évident, le film étant trop soutenu afin de pouvoir caser le plus de scènes possibles. Ainsi l'on "drop" d'un point d'intérêt à un autre, parfois sans transition, ruinant pour le coup l'immersion. Cela donne l'impression qu'ils ont cherché à caser le plus d'environnements et d'éléments des jeux qu'il était possible de mettre, sans pour autant rendre l'enchainement cohérent. Et c'est dommage car cela nuit à la crédibilité de l'univers qui semble d'avantage être un ensemble de niveaux, plutôt qu'un monde qui dépasse les limites du cadre. Mais plus frustrant encore, à cause de son rythme bâtard, jamais le film ne parvient à atteindre ses ambitions contradictoires. Trop diffus pour être un simple récit d'action/aventure, il peine à être viscéral et immersif dans son récit. Mais de l'autre côté, l'ensemble devant avancer vite pour privilégier l'action, jamais il ne peut être réellement satisfaisant dans sa volonté d'élargir son intrigue.

Là je vois déjà la version longue se profiler, ou en tout cas certains argumenter en disant "oui mais le film a été amputé par le studio"... Certes et alors ? Je juges le film actuellement sur les écrans et si celui ci se révèle insuffisant, incapable d'atteindre ses ambitions; et bien je ne vois pas pourquoi je l'épargnerais. J'en ai ras le bol de cette tendance actuelle de sortir des films en Kit, comme on le fait avec les jeux vidéos actuels. Cela permet de dédouaner ceux derrière le projet et viserais presque à empêcher toute critique. Et bah non, là ça devient malhonnête et je ne peux accepter cette pratique. Ce n'est pas en facturant des bandes annonces longues pour de futures versions Director's cut que l'on donnera envie aux gens de retourner dans les salles obscurs. Prenez les gens pour des cons et tout ce que vous pourrez attirer c'est davantage de piratage... Et ce serait mérité.

En conclusion :

Warcraft avait de nombreuses cartes en main pour être un bon film. Il est clair que les bonnes intentions accompagnaient initialement le projet, toutefois il est regrettable que celui ci ai été gâché par des ambitions marketing douteuses. Et pour le coup, le film fini par ne plus ressembler qu'à ça : un produit dérivé pour faire le marketing des jeux. Dommage, parce qu'il aurait pu valoir bien mieux que ça.

Warcraft, Le commencement... et j'ai pas franchement envie de voir la suite.Warcraft, Le commencement... et j'ai pas franchement envie de voir la suite.
Warcraft, Le commencement... et j'ai pas franchement envie de voir la suite.

Publié dans Sorties Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article