Les 10 Défauts : La Trilogie Dark Knight de Nolan

Publié le 9 Mars 2013

http://media.comicbookmovie.com/images/users/uploads/40772/the_dark_knight_rises_trilogy_posters.jpg

Surprise ! C'est en effet (il faut que j'arrête de dire "en effet", c'est mon plus grand défaut, il m'handicape dans la vie de tous les jours, donnez-moi de l'argent pour m'aider) 6 mois et 1 jours après le premier article connoté "Les 10 défauts", avec lequel j'avais écrit l'article le plus "controversé houlala" du blog (ainsi qu'un des plus insignifiants et des plus mauvais je dois l'avouer), que j'ai décidé d'enfin donner suite à ce concept, et voilà donc que je ne m'attaque non pas à un autre film mais trois autres films de Christopher Nolan... Oui, vous avez raison monsieur, je suis sado-masochiste, mais ne perdons pas de temps, analysons les 1000 et 1 (ou plutôt 9 et 1) défauts de cette trilogie qui aura marqué de son empreinte le film de super-héros du XXIème siècle.

note : comme vous l'aurez compris je vais devoir trouver 10 défauts pour 3 films, il y aura donc 3 défauts principaux pour chacun des films, et un défaut principal pour l'intégralité de la trilogie

 

 

 

 

1. : Des scènes d'action assez mal filmées dans Batman Begins :

 

Aaahhhh... Il est loin le temps où Christopher Nolan pouvait être considéré comme un réalisateur honnête qui en était à son premier blockbuster, maintenant qu'il peut être considéré comme un des nouveaux rois d'Hollywood ayant l'entière liberté d'allier ses concepts personnels (Le Prestige, Inception (qui avait mijoté pendant près de 10 ans)...etc.) aux plus grosses super-productions. Bah d'ailleurs ce temps remonte à 2005 avec Batman Begins, et puisque Nolan en était à son premier film d'action, qui plus est de grande envergure et de gros budget (élevé alors à 150 000 000, c'est-à-dire 30 fois celui de Memento), et évidemment les scènes de combat de Batman Begins en pâtissent.

 

http://emerginganabaptist.com/wp-content/uploads/2012/12/Batman-Begins-cover.jpg

 

Arrêtons donc l'exposition "historique" et venons-en au fait : si le spectacle est au rendez-vous dans le film, autant dire que dès qu'on entre dans le corps-à-corps, et dans les scènes d'action en général... On y comprend rien. Le fait est que si le cinéaste n'utilise pas de shaky-cam et de c*nneries dans le genre, les scènes d'action sont tout bonnement incompréhensibles tellement l'enchaînement des plans est hystérique... Alors oui, l'important c'est qu'à la fin les méchants sont tous battus, mais... On sait pas vraiment comment ça s'est passé en fait...

 

images--61-.jpg

 

L'exemple le plus flagrant sera la première scène de combat de Bruce Wayne en tant que Batman, où la sensation de puissance du justicier est très peu tangible... Et on n'y comprend RIENNNNNNNNN !!!!

 

Note : J'ai un peu remanié la scène, j'ai pas pu m'en empêcher... "lol" comme dirait l'autre...

 

 

 

 

2. : Trop d'enjeux tuent l'enjeu dans The Dark   Knight :

 

Tout le monde a été unanime et moi avec : The Dark Knight a été un précurseur, le début d'une nouvelle génération de film de super-héros, car comme tout le monde le sait, Nolan a mis la barre très haut après un Batman begins appréciable mais perfectible. The Dark Knight a imposé les bases d'un film de justicier sombre, mature, politique, dramatique, complexe et parfaitement soigné esthétiquement et cinématographiquement : une des raisons de cet énorme succès critique a été le choix de faire du film un véritable thriller, multipliant les intrigues et les histoires, ainsi que les différents enjeux du film, pour une expérience intense.

 

http://www.counter-currents.com/wp-content/uploads/2010/09/The-Dark-Knight-poster.jpg

 

bah oui, autant dire qu'à partir de la fin de la première heure quand tous les éléments se sont mis en place, il n'y a plus aucun moment pour se reposer : les rebondissements s'enchaînent et les scènes de plus en plus intenses affluent, raison pour laquelle le film devient rapidement éprouvant, et plutôt surchargé, d'autant plus qu'il est particulièrement long avec ses deux heures et demi remplies à rabord. Evidemment, plus c'est long, plus c'est bon, et c'est particulièrement le cas avec cette pépite, mais bon... "UN HOPITAL VA EXPLOSER !!!!!!" "DES GENS VONT EXPLOSER !!!!!" ; "HARVEY OU RACHEL... CHOISIIIIIIIS !!!!!!!" ; "UN BATEAU ENOOOORME VA EXPLOSERRRRRR !!!!!!!" ; "TOUT BRUUUULE AHAHAHA !!!!" ; "TA FAMILLE VA MOURIR ET TOUT VA EXPLOSER DEPECHE TOIIIIIII !!!!!"...etc.

 

images--62-.jpg

 

C'est ce qui fait une des forces du film et autant dire que la mise en scène est souvent orgasmique, mais voilà, vous aurez compris, on revient essouflé du long-métrage, et de plus le troisième acte, avec le lancement d'une nouvelle intrigue ("BATEAU DETONATEUR MOUAHAHAHA !!!!!!!") semble plutôt superflu, malgré la qualité et l'intelligence de celle-ci...

 

Allez, rien que pour le plaisir, ci-dessus la scène où "L'HOPITAL EXPLOOOOOSE !!!!! MOUAHAHAHA !!!!!!"

 

Note : Oui, je me suis aussi amusé sur cette vidéo

 

 

 

 

 3. : Les Facilités Scénaristiques de The Dark Knight Rises :

 

Puisqu'on y est, parlons maintenant un peu de The Dark Knight Rises : Et autant dire que ça faisait longtemps qu'un film de super-héros a été autant attendu... et le résultat est un mélange entre une déception évidente et, en même temps, un film auquel on ne peut pas reprocher ses défauts énormes et évidents vu son ambition évidente de par sa durée et par son ambiance qui tire plus vers la fresque épique que le film noir, une ambition qui a su créer un divertissement haut de gamme qui sans atteindre la qualité du précédent opus, a su nous donner de très belles pistes de lectures et de beaux moments jouissifs de pur bon cinéma.

 

http://moviecarpet.com/wp-content/uploads/movies/the-dark/knight-rises-2012/the-dark-knight-rises-2012-poster-2-15.jpg

 

Mais cet article est quand même fait pour s'attarder sur ses défauts donc il ne va pas y échapper : car oui, la principale déception de TDKR est au niveau de son histoire, qui a beau égaler son prédécesseur au niveau de sa mise en scène et de sa mise en place, fait un énorme pas en arrière par rapport à TDK et nous livre un scénario beaucoup trop "comic's", avec des gros réacteurs nucléaires que le méchant veut faire exploser, avec des rebondissements façon "ah, tu t'y attendais pas mais la fille avec laquelle tu as couché hier soir est un traître, parce qu'en fait c'est la protégée du grand-méchant-qui-veut-faire-tout-exploser-avec-un-réacteur-nucléaire-de-la-mort-pour-tout-tuer-partout !!"...etc.

 

http://static.allkpop.com/wp-content/uploads/2012/09/20120922_batman_gangnam.jpg

 

Et ce scénario s'attire donc pleins de facilités, de raccourcis que les détracteurs du film ne se sont pas empêchés de signaler pour enterrer le film... Parce qu'il y a de quoi enterrer le film quand Bruce Wayne fait un voyage rapide façon skyrim ou Far Cry 3 de "trou-du-c*l-du-monde-sait-pas-où-c'est" à Gotham, quand ce qui est censé être une prison invivable psychologiquement et physiquement est juste une simple épreuve de passage où les prisonniers font une chorale pour t'encourager...

 

Mais il faut quand même rectifier une chose avant de continuer : The Dark Knight Rises, même avec tous ses nombreux défauts, reste quand même un excellent film qui a su nous prendre aux tripes plutôt souvent... Voilà... Ouais... Voilà...

 

 

 

4. : Un Scénario Bien Mené mais qui manque de réalisme dans Batman Begins :

 

Maintenant qu'on a fait les présentations je vais beaucoup moins m'attarder sur les films en eux-même et je vais faire moins de pavés : Alors oui, quand je parlais d'un énorme pas en arrière pour The Dark Knight Rises dans son scénario, c'est parce que le scénario de Batman Begins n'était pas non plus parfait, pas forcément au niveau de ses facilités ou de ses raccourcis, mais au niveau de son réalisme (un problème qui n'a pas échappé à TDKR non plus).

 

http://webpages.charter.net/gtuffli9002/fark/batmanbegins.jpg

 

En effet le problème du film c'est que Nolan a bien évidemment voulu retranscrire une atmosphère réaliste et urbaine totalement à l'opposé de celle de Burton, et en même temps il nous propose un scénario qui multiplie les tournures vers le fantastique (notamment avec le méchant, l'épouvantail) ou même vers la science-fiction (le complot principal est assez... Original...).

 

A savoir donc que ce défaut, comme dit plus haut, est aussi présent dans The Dark Knight Rises qui lui aussi mélangeait l'atmosphère urbaine propre aux Batman de Chris Nolan avec quelques détails plutôt risibles au niveau du réalisme, notamment parce que le scénario voulait justement fermer la boucle et faire des références par rapport à l'histoire de Batman Begins... Le puzzle est complet.

 

 

 

5. : La Tendance à suranalyser en long et en large dans The Dark Knight :

 

Encore une fois nous sommes face à un défaut qui pourrait presque être considéré comme une grosse qualité s'il était un peu mieux géré : en effet, vous avez peut-être remarqué que non content d'être rempli à rabord l'histoire et les personnages n'ont aucun mystère (à part pour le Joker bien sur), puisque tous les personnages analysent tous les faits et gestes de l'intrigue et des personnages dans les dialogues : allez touc Alfred nous raconte une petite métaphore par rapport à l'intrigue, allez touc Bruce Wayne et le comissaire Gordon nous font chacun un monologue final que j'ai beau adorer, je dois quand même avouer que ça fait "voici ce que vous devez retenir de l'histoire et du personnage..."

http://cdn.memegenerator.net/instances/400x/24013787.jpg

 

Comme je l'ai dit ce n'est presque pas un défaut puisqu'au fond cela ne fait que nous montrer la psychologie très recherchée des personnages... et en fait ça nous la montre beaucoup trop, car un spectateur peut quand même savoir comment analyser les personnages et l'intrigue, pas la peine que ces même personnages nous l'explique dans les dialogues...

 

 

 

6. : Un combat final beaucoup trop expédié entre Bane et Batman dans The Dark Knight Rises :

 

Etrange que Nolan se soit fait prendre dans le piège de préparer le spectateur pendant presque tout le long du film à un combat final épique entre le gentil et le méchant, et de nous décevoir autant...

 

http://www.widescreen-wallpaper.eu/wallpapers/batman_vs_bane-1680x1050.jpg

 

En effet, si la scène d'action finale est en elle-même très très bonne et intense dans le film, au milieu de celle-ci on voit enfin ce qu'on attendait depuis très longtemps : le héros s'y est préparé, le spectateur s'y est préparé, et... Qu'est-ce qu'on a ? Un simple bourrinage entre l'homme chauve-souris et Tom Hardy... Le principal problème c'est que déjà le premier combat entre Bane et Batman était d'excellente facture, avec un Batman qui se faisait rudement battre par un adversaire puissant phyiquement et avec de l'intelligence qui plus est.

 

http://wac.450f.edgecastcdn.net/80450F/thefw.com/files/2012/07/Screen-shot-2012-07-23-at-11.41.06-AM.png

 

Et donc bien évidemment ce qui suit dans le film, c'est-à-dire le "relèvement" (RISE !!) du justicier est presque consacré seulement à nous faire saliver face à un second combat où la chauve-souris sera assez robuste physiquement mais surtout assez... Puissant psychiquement... Enfin... J'imagine... Bref, une construction plutôt basique qui est d'ailleurs plutôt commune au genre du grand film épique auquel Nolan a surement voulu rendre hommage.

 

Mais nous venons donc à cet autre combat... Heu... Comment dire... Aucune chose que Wayne est censé avoir "appris" durant ce deuxième acte ne se reflète dans ce combat où en gros il va juste découvrir que pour se débarrasser de Bane il va falloir le frapper 10 fois sur sa p*tain de tête pour casser en p*tain de morceaux son p*tain de masque ! 

 

Très subtil, Nolan, tu m'impressionnes...

 

Mais n'allons pas cracher dans la soupe, le combat est quand même épique et agréable à voir pendant ses 30 secondes de durée... D'autant plus que si vous voulez admirez la superbe chorégraphie des policiers qui se battent derrière (on se bat en arrière-plan, on se bat en arrière-plan (bah quoi je plagie le joueur du grenier ?)).

 

images--66-.jpg

 

Bref, un "défaut" mineur mais ça reste quand même une vraie déception du long-métrage...

 

 

 

7. : Un Méchant pas très marquant dans Batman Begins... :

 

Autant rectifier une chose : j'aime beaucoup Cillian Murphy qui interprète L'Epouvantail, son personnage instaure une ambiance plutôt hallucinogène dans l'intrigue, et comme vous le savez un schizophrène aime beaucoup ce qui touche aux hallucinations psychiques...

 

http://cdn.uproxx.com/wp-content/uploads/2012/08/batman-collegehumor-1.jpg

 

Plus sérieusement, il est presque normal qu'un film qui s'intéresse surtout à la psyché de son héros ne puisse pas vraiment nous offrir un méchant digne de ce nom, mais tout de même L'Epouvantail manque d'espace dans l'intrigue, et puis d'ailleurs je vous rappelle que The Dark Knight arrivait lui aussi à parfaitement sonder la psychologie de l'homme chauve-souris tout en nous offrant un méchant d'anthologie dans le personnage du Joker. De plus un autre méchant se révèle vers la fin du film, il n'a donc lui non plus pas assez de temps consacré à lui dans l'histoire (enfin, si puisqu'on le voyait avant dans le film mais en tant que "gentil mentor" donc bon...).

 

Ces méchants n'ont donc pas assez de personnalité, et par ce fait Batman Begins en a perdu lui aussi, de la personnalité, puisque le personnage de Batman se reflète surtout par rapport aux adversaires auxquels il fait face...

 

 

 

8. : Une Bataille Finale décevante dans The Dark Knight : 

 

Eh oui, il est encore histoire de déception finale dans cet article, et en effet je n'ai pu être que déçu puisqu'en général j'ai vraiment beaucoup apprécié les scènes d'action de The Dark Knight, qui nous donne du spectacle intelligemment et en même elles se sont beaucoup amélioré dans la mise en scène.

 

http://1.bp.blogspot.com/-MSudGRmSS-U/T_9FQFMnBHI/AAAAAAAAC9I/WBQU1OpZJ0g/s1600/blog_dkr3.jpg

 

Mais j'ai trouvé cette scène d'action finale en déça des autre d'un point de vue de l'intensité : alors oui, Nolan a trouvé une bonne idée avec les otages déguisés en ravisseurs mais au final le cinéaste n'arrive pas à nous offrir une chorégraphie de combat vraiment intéressante et on se contente de regarder sans excitation.

 

D'ailleurs heureusement que le film se rattrape dans ce que j'appellerai le 4ème acte, puisque même si l'intrigue se relance d'une façon un peu opportuniste, elle rattrape le film au niveau de l'intensité, un point qui m'avait vraiment déçu avec la scène d'action finale.

 

 

 

9. : Le personnage de Marion Cotillard totalement inutile (et "décrédibilisant") dans The Dark Knight Rises :

 

Rôh, c'est bon, je ne pouvais pas reparler des défauts d'un film de Nolan avec Marion Cotillard sans reparler de Marion Cotillard... Donc pour me faire pardonner je ne vais PAS parler de son incroyable jeu d'actrice dans le film qui a fait beaucoup parler d'elle avec sa mort déchirante et bouleversante... (Non sérieusement elle est pas horrible non plus mais on voit bien qu'elle aurait pu faire mieux...) NON ! Je vais plutôt parler de l'inutilité de son personnage.

 

http://www.ferdyonfilms.com/wp-content/uploads/2012/08/The-dark-knight-rises-marion-cotillard-miranda-tate-christian-bale-bruce-wayne-e1344208018454.jpg

 

Déjà, je vais peut-être spoiler l'incroyable rebondissement concernant son personnage mais l'existence même du personnage de Cotillard dans le film semble être juste fait pour faire apparaître ce personnage tellement important dans la mythologie Batman qu'est Talia Al Ghul... Bon, évidemment, puisque l'histoire fait ressurgir Liam Neeson avec le retour de son personnage, Ras Al Ghul, mais bref, vous m'aurez compris, l'existence de son personnage n'était pas obligatoire.

 

Nolan en a donc fait un personnage important dans l'intrigue par un looping scénaristique superflu et en a fait un des membres de l'administration de Wayne Entreprises. Bon, s'il en était resté à là, ça aurait presque été raisonnable, mais en plus de ça le rebondissement concernant son identité fait l'affront de ridiculiser totalement le personnage de Bane ("mon protecteur !!!!!!"), bref, non content d'être inutile, le personnage de Miranda Tate alias Talia Al Ghul introduit des raccourcis de scénarios encore une fois superflus, un personnage assez peu intéressant, et la décrédibilisation du méchant...

 

Et non, je n'en veux pas à Marion Cotillard, ce n'est pas ma faute si la plupart des personnages qu'elle incarne sont souvent fades...

 

 

 

10. : MAIS C'EST PAS POSSIBLE C'EST QUOI CETTE VOIX ?? (Toute la trilogie) :

 

Oui, quand on parle de décrédibilisation (et quand on parle de défaut totalement idiot...), il faut parler de cette fameuse voix... On a fini par s'y habituer, mais, que ce soit en VO ou en VF (quoique il a presque une voix moins ridicule en français (j'ai pas encore essayé en espagnol, ça doit être drôle...)), il est vrai que beaucoup de monde s'est déjà moqué de cet "atout" un peu ridicule que Nolan a ajouté à son personnage dès qu'il enfile son fameux costume, et il y a sérieusement de quoi...

 

http://www.blogcdn.com/www.comicsalliance.com/media/2011/11/batman-voice-swear-to-me-1320796709.png

 

Déjà, cela ajoute un défaut de background : jamais on ne nous explique comment il peut se tarer d'avoir une voix plus grave que Léonard Cohen ; fait-il ça avec un gadget (et à ce moment-la, où il est placé ? Dans ses testicules ? Utilise-t-il des gonfleurs de testicules ?) ? Fait-il ça "naturellement" ? combien de cigarettes fume-t-il avant ses tournées nocturnes ? Et s'il le fait "naturellement", pourquoi garde-t-il cette voix même quand il parle à quelqu'un qui connaît son identité ? Et voilà donc un détail qui a amené des millions d'autres questions chez les fans de la trilogie déjà anthologique de Nolan.

 

http://3.bp.blogspot.com/-UcizRUjhBaA/UBZXpfniVfI/AAAAAAAAAns/ZEr2qYi-QrY/s1600/batman+soarthroat.png

 

 

Mais ça amène aussi un défaut de dignité, puisque même dans ses monologues sincères et "émouvants", on peut facilement se laisser distraire par cette voix si over-the-top qu'on a attribué à l'homme chauve-souris...

 

 

 

 

 

Alors, pour conclure cet article qui je l'espère aura été un peu moins un bazar que le dernier "Les 10 Defauts". Alors oui, la trilogie Batman reste un véritable plaisir et a redéfini les bases du super-héros moderne et ancré dans la réalité... Et même si la réalité de cet univers a été un peu maltraité par les incohérences réalistiques de TDKR et Batman Begins, on continue à se délecter de cette vision mature que tout le monde cherche maintenant à égaler dès qu'il se doit de faire un film de justicier mature et réfléchi... Même si les dialogues de TDK suranalyse tout, on continuera à les entendre avec plaisir... Et même si je n'ai plus d'inspiration pour cette dernière phrase, je vous dis à bientôt pour... Peut-être un nouvel épisode de "Les 10 Defauts"... J'ai bien dit peut-être... 

http://www.upmovie.net/wp-content/uploads/2012/07/batman_trilogy_jpeg-1280x720.jpg

Rédigé par Vivien

Publié dans #Dossiers Ciné

Repost 0
Commenter cet article

yoyo114 13/03/2013 20:22

Malsain, TDK ??????????????????

Vivien mange des chiens 13/03/2013 18:40

Le chiffre 7 en anglais

Hunter Arrow le pisse froid 13/03/2013 17:18

Ils devraient regarder de plus près les films que tu regarde par moment alors...

Parce que si TDK est malsain qu'est donc Seven ????

WilliamRemplitTonVaginAvecDesBerlingotsDeLait 13/03/2013 12:24

La multiplication d'enjeux dans TDK est ce qui a essoufflé mes parents et leur a fait ne pas aimer ce film...en plus du fait que c'était un film pour détraqués et malades mentaux et que c'est pas
naturel ce genre de films.

Hunter Arrow le pisse froid 11/03/2013 18:28

Pour en revenir à la multiplication des enjeux je pense que c'est un défaut sans en être un selon nos goûts de spectateurs.

Hunter Arrow le pisse froid 11/03/2013 18:27

Bah perso je pense que la surmultiplication des enjeux c'est on apprécie ou non. Personnellement je ne suis pas fan de ce procédé quand il use et abuse de rebondissements téléphonés... mais dans
TDK je trouve ça bien fait à l'inverse de TDKR.

La suranalyse est un peu un problème récurent de Nolan mais aussi du cinéma actuel qui a oublié l'importance du hors champs. Ce problème dans la trilogie Batman de Nolan est un peu conceptuel
disons le. Après tout lorsque dès le premier opus on raconte la genèse d'un héros dont à la base elle ne fût jamais révélée, forcément on se doute que le film ne va pas laisser l'imagination du
spectateur beaucoup vagabonder.

Alors je le répète mais c'est vrai que c'est un réel défaut dans le cinéma de Nolan que de vouloir tout expliquer de façon un peu arbitraire. En ce qui me concerne son meilleur film reste Memento
parce que justement dans ce dernier Nolan ne prend pas son spectateur par la main et nous laisse une certaine marge de manoeuvre pour interpréter son film à l'aide de quelques ouvertures assez
discrètes (la fin peut prêter à débat).

Même si dans TDK il le fait sur le principal : le Joker. Le film n'explique jamais d'où vient le Joker ni comment il prépare ses plans ce qui renforce le côté omniscient et quasi surnaturel de ce
personnage.

Après la "suranalyse" est un peu surestimée dans ce film. Tout le monde s'accorde à dire que l'on voit assez peu Batman qui est effacé par rapport au reste du casting. Pourtant ce film exploite
sans mal sa psyché et l'on comprend l'ampleur de son sacrifice sans pour autant suranalyser le personnage. Son analyse se fait avant tout par ses actes et sa manière de réagir au Joker.

yoyo114 11/03/2013 16:12

Et pour la suranalyse, ça m'embête aussi beaucoup dans le film, cette impression que les dialogues sont "écrits". C'était aussi le cas dans Inception, mais mieux amené, je pense.

yoyo114 11/03/2013 16:08

Je plussoie en ce qui concerne la multiplication des enjeux dans TDK, un défaut qui est la base de ma critique un peu mitigée sur ce (néanmoins très bon) film de Nolan.

Hunter Arrow le pisse froid 10/03/2013 17:16

Sinon ta référence au JDG m'a bien faite marrer...

Hunter Arrow le pisse froid 10/03/2013 16:00

Bon article, bien mieux mené que ton premier. Ici tu trouve des défauts qui peuvent réellement suscité un débat intéressant.

Bien sur je ne partage pas ton point de vue à chaque détail de ton article, mais je trouve la critique plus juste.

Dans mes désaccords avec toi on a le manque de réalisme des scénarios de Batman Begins et TDKR. Certes, Nolan place ses intrigues dans un monde qu'il veut réaliste et crédible, dans lequel le
spectateur peut s'identifier, à l'inverse de ceux de Burton. Toutefois il n'en demeure pas moins que c'est avant tout l'histoire d'un mec qui se déguise en chauve souris dans une ville imaginaire.
Disons que partant de ce principe, le manque de réalisme par moment est inévitable. Après tout on est dans du cinéma et ce défaut peut être donné à 89% des films existants tels que Une Journée en
Enfer qui lui aussi s'inscrit dans une perspective "réaliste". Et que dire de Kick Ass dans ce cas qui recherche là aussi un point d'ancrage réaliste avec le spectateur mais qui tombe tout de même
dans le complètement What the fuckesque.

Autre point sur la scène d'action finale de TDK. Bien sur ça n'engage que moi, mais cette scène m'a pris aux tripes. Oui la chorégraphie est limitée, mais BORDEL cette intensité ! Puis la
symbolique est forte. On a ici un vrai héros agissant dans le feu de l'action. Rappelons qu'à l'époque on avait des super héros gentillets tels que Spider Man demandant l'autorisation à un flic
avant d'aller chercher un bébé dans un immeuble en feu... Là dans TDK pas de parlotte. Les flics font erreurs sur les cibles, Batman ne se lance pas dans un long discours tels que "Non vous vous
fourvoyez, les méchants sont les docteurs, pas les clowns". Non il agit dans le feu de l'action en tâtannant les mecs du Swats et les hommes du Joker, se révélant très expéditif dans ses
sauvetages. Il agit en vrai héros en complet accord avec l'idée du film. Puis si l'on ajoute la musique Like a dog chasing cars de Hans Zimmer juste énorme, on a en ce qui me concerne, l'une des
meilleur scène de la trilogie.

Pour les méchants de Batman Begins : Disons que je partage ton point de vue mais je pense que ce défaut peut se justifier. A mon avis Nolan voulait avant tout faire un film sur Bruce Wayne devenant
Batman. Il ne voulait pas mettre un méchant éclipsant Batman tels que cela peut être le cas dans le premier opus de Burton ou là le héros se fait complètement anecdotiser par le Joker. Là dans BB
on a vraiment un film à la gloire de son personnage principal et cela s'en ressent rien que dans le temps de présence à l'écran minime des méchants.

Sinon pour la multiplicité des enjeux dans TDK; j'avoue que ça peut lasser certains, mais en ce qui me concerne c'est ce rythme haletant qui contribue à mon adoration pour ce film (ainsi que sa fin
exceptionnelle). Et dans ton paragraphe on sent aussi que ça ne te déplait pas tant que ça...