Very Bad Trip 3 : La cuite de trop ?

Publié le 29 Mai 2013

Very Bad Trip 3 : La cuite de trop ?

Suite au succès de leurs pérégrinations dans le premier volet et sa suite qui sentait bon la redite opportuniste, la "Meute" revient dans un troisième épisode qui se veut être la "quille", signant les adieux de cette bande de potes à leur public. Mais était ce vraiment nécessaire ?

De quoi ça cause ?

Après leurs mésaventures dans les deux précédents films, la "Meute" semble s'être rangée. Leslie Chow (Ken Jeong) derrière les barreaux, Stu (Ed Helmes) et Phil (Bradley Cooper) vivant leur vie tranquillement, seul Alan (Zach Galifianakis) semble vouloir persévérer dans son style de vie débauché et irresponsable tels l'adulescent de 42 ans qu'il est. C'est dans l'espoir de le faire soigner que Stu, Phil et Doug décide d'emmener leur "ami" dans une clinique pouvant le remettre dans le droit chemin. Mais sur la route ils sont attaqués par un dénommé Marshall (John Goodman). Ce dernier prend en otage Doug et charge la Meute de retrouver Chow qui s'est évadé de sa prison Thaïlandaise.

Et c'est bien ?

L'avantage de cette critique que vous êtes en train de lire en ce moment même c'est qu'elle va être très simple à faire. Et rien que pour ce fait je suis presque tenté de mettre un point de plus à ce film dans sa note même si il ne le mérite pas du tout.

Alors commençons par aborder le scénario. Après le deuxième volet qui n'était qu'une redite du premier délocalisé à Bangkok, ce Very Bad Trip 3 a au moins le mérite de trouver un nouveau postulat de départ pour justifier d'embarquer à nouveau avec la Meute dans une folle virée. Malheureusement ce la ne signifie en aucun cas que le scénario est bon. Loin de là, ce dernier se révèle être la plus grande faiblesse du long métrage réalisé une nouvelle fois par Todd Philips.        

          

Et là je vous vois, l'écume aux lèvres, vous offusquant au point de vous en frapper la tête contre votre clavier et en train de hurler "Mais on s'en fout du scénario dans un Very Bad Trip". Et là sachez que je suis en parti d'accord avec vous et c'est même pour cette raison que j'ai réussi à apprécier le deuxième épisode malgré son opportunisme évident et ses défauts. Toutefois force est de constater que dans ce dernier opus la sauce ne prend pas aussi efficacement qu'auparavant et le premier responsable est l'écriture. En transformant la reconstitution d'une soirée de débauche en un film avec un pseudo prétexte "policier", on perd complètement cet esprit film de potes qui a fait le succès de la licence.

Cette perte de cet esprit est aussi en grande partie due au mauvais dosage des personnages. Je m'explique. Dans les deux autres opus la dynamique du film tournait autour des réactions du trio Stu/Alan/Phill et l'on avait un Chow se contentant de jouer le guest déjanté plus ou moins présent selon l'épisode et qui nous aura inspiré l'une de nos plus célèbre insulte dans notre petite communauté. Mais ici le trio s'efface au profit des numéros de Zach Galifianakis et de Ken Jeong. Et malheureusement ce dernier lasse très vite. En effet ce qui faisait la force de son personnage était son statut de guest surtout dans le premier film. La raréfaction de ses apparitions contribuait davantage au surréalisme de ces dernières et ainsi à leur efficacité comique. C'est un point qu'avait déjà perdu de vue le second film et force est de constater que ce dernier opus commet la même erreur en plus grave encore.

Car en effet ce que je trouve le plus impardonnable ici est d'avoir totalement sacrifié la dynamique du trio originel et d'avoir rendu quasiment anecdotique les deux autres figures de la Meute à savoir les personnages incarnés par Bradley Cooper et Ed Helmes. Chose d'autant plus impardonnable quand on se rend compte que le second opus fonctionne surtout grâce aux réactions jouissives d'un Stu dépassé par sa "démence" lorsqu'il est plongé dans un état second, accomplissant des choses dont il n'aurait jamais soupçonné être capable. Alors le voir relégué au second plan, dans un rôle de spectateur est frustrant. Quant à Bradley Cooper, j'ai l'impression que son nouveau statut d'acteur "dramatique" a comme bridé les scénaristes qui ont fait de son personnage celui du mec qui fait avancer l'intrigue de base mais qui n'est pas spécialement drôle. C'était déjà un peu le cas avant mais il ne dépareillait pas autant qu'ici. 

L'autre point qui ne fera pas l'unanimité avec l'écriture de ce film : sa propension a  l'utilisation de ce que l'on appelle du fan service bête et méchant. Ce fan service s'exprime d'une part par la présence amplifiée de Chow et d'autre part à l'aide de placements de références aux autres opus. Si le procédé n'a en soi rien de honteux, il est dommage de constater qu'il soit autant envahissant dans ce dernier film. Pour tout dire j'ai eu l'impression qu'il était là pour compenser un manque évident d'inspiration quant au renouvellement des situations comiques. Un peu comme si les scénaristes étaient tellement fiers de leurs vannes passées qu'ils décidaient de les réemployer. Ainsi l'on a droit à l'éternelle référence à la petite aventure avec un transsexuel de Stu, comme si le deuxième film n'usait pas assez le filon de cette vanne. Et là ce n'est qu'un petit exemple. Je vous promet que Very Bad Trip 3 est littéralement pourri par les "clins d'oeil" fait aux autres épisodes. Si bien que si vous n'avez pas vu ou apprécié les précédents films, vous resterez sur le carreau. Un peu comme si l'on vous avait invité à une soirée assez triste à la base mais qu'en plus les autres convives vous excluaient de leurs délires à renfort de Private Joke que vous ne pouvez pas comprendre. Comment dire que vous vous êtes amusés dans ces conditions ?

Mais bon le film a quand même quelques bons points. Le premier est qu'en soit il a le mérite d'être assez rythmé et de divertir... quand on est bon public. Et le second et dernier bon point tient dans le numéro déjanté de Zach Galifianakis qui porte quasiment tout le film sur ses épaules. Et si visiblement c'était une trop grosse responsabilité pour lui, sa prestation ne suffisant pas à rendre l'oeuvre bonne voir simplement acceptable, il faut reconnaitre qu'il s'y donne à fond. Apportant davantage de substance à son personnage d'adulescent attardé que dans les autres épisodes, il nous surprend à être émouvant par moment. Le petit bémol que j'ajouterai toutefois à son jeu tient de la répétition de ce dernier. Il faut reconnaitre que depuis 4 films (comptez Date Limite toujours réalisé par Todd Philips) il nous joue un peu le même type de personnage et il risque à terme de finir définitivement catalogué dans ce genre de rôles. Ce serait fort dommage car on peut percevoir chez cet acteur un réel talent qui je l'espère se manifestera dans un autre registre.

Au choix, cette scène sera touchante ou flippante...

Au choix cette scène sera touchante ou flippante...

Pour conclusionner :

Very Bad Trip 3 est clairement la suite de trop, celle dont on se serait passé. En cherchant à renouveler la formule, le réalisateur Todd Philips perd de vue ce qui a fait le succès des précédents films. Et si dans un premier temps retrouver la Meute fait plaisir, le capital sympathie des comédiens aidant, il faut avouer que l'on a beaucoup de mal à s'impliquer dans leur dernière virée et ce même si l'on apprécie la licence. Quant au profane de cette dernière, je ne peux que lui recommander d'éviter ce film et de regarder à la place le premier opus qui reste toujours aussi fun et drôle.

Ma Note : 2,5 / 5

Note pour un spectateur non initié à la saga : 1,5 / 5

 

L'Avis de mr edward :

Serait-ce la cuite de trop ? La Meute revient pour une troisième et dernière fois, afin de clôturer une "trilogie" entamée en 2009. Le second épisode sonnait comme une redite du premier, avec un nouveau cadre, et en plus "trash". La "magie" de la bande opérait mais avec la surprise en moins. Ici, on change la trame. Ce qui est audacieux de la part des scénaristes, mais bien que ce ne soit pas la première chose que l'on regarde dans un Very Bad Trip, celui-ci est loin d'être bon. Todd Phillips a préféré se focaliser sur les personnages d'Alan (Zach Galifianakis) et Mr. Chow (Ken Jeong) au détriment de Stu, Doug et Phil. Ce qui est une grossière erreur. Le personnage d'Alan est toujours aussi drôle, par contre de Chow l'est moins. De ce fait, l'alchimie entre les personnages fonctionne moins bien. Malgré tout, on rit mais moins souvent que les 2 précédents volets. Il y aussi quelques problèmes de rythme. L'autre gros soucis du film vient du fait que l'on est trop dans la private joke et donc et donc pour les non initiés risque de passer à côté de pas mal d'éléments ou de références. Pour autant, je ne peux pas dire que j'ai passé un mauvais moment devant, au contraire, simplement la déception se fait ressentir.

Note : 2.5/5

Rédigé par Hunter Arrow

Publié dans #Sorties Ciné, #Dans le Magnéto

Repost 0
Commenter cet article

Hunter Arrow 14/06/2013 19:47

Je me suis tâté pour mettre les deux notes. Mais vois tu j'ai la volonté de faire des articles se voulant objectifs mais je ne peux pas pour autant exclure mon goût personnel. Cette volonté de rester objectif c'est ce qui m'a conduit à saquer Gangster Squad dans sa note, occultant le fait d'avoir passé à titre personnel un bon moment devant.

Je ne voulais pas reproduire ça. Pour Very Bad Trip 3 je n'ai pas passé un moment détestable. Je me suis marré à quelques scènes et si je ne qualifierai pas le moment passé comme étant génial, je n'ai pas boudé mon plaisir non plus. Après il a des défauts sur lesquels j'ai vraiment tiqué et qui m'ont gêné personnellement.

Mais ces défauts sont encore plus gênant quand on n'est pas fan des précédents films et je pense sincèrement que si c'est le cas; il est inutile de perdre son temps sur ce VBT3 tant le profane ne pourra rester qu'hermétique à cette avalanche de Private Joke.

yoyo114 14/06/2013 19:21

C'est une bonne critique, mais je te méprise d'oser trahir le concept de même de la note en appliquant deux notes !! Tu es pire qu'une raclure de bidet, tu es un résidu pseudo-subversif de raclure de rabot !